Jamaica my Love!

Et bien on dirait que l’hiver à décider se réinstaller.  Déjà tu redoutes de retomber dans l’overdose de raclette, la lassitude des soirées DVD, les départs au boulot en dégivrant la voiture, les rhumes à répétition et autres joyeusetés de saison.  On serait quand même mieux au chaud, sous le soleil, sur une plage à l’ombre des cocotiers. 

C’est le moment de traverser l’Atlantique pour rejoindre mon Île, celle où désormais je déposerai mes valises, celle où le soleil brille toute l’année, celle où Rastafari a pris ses quartiers, celle ou Bob Marley est Dieu personnifié.  Là-bàs, mes potes s’appellent Greenie, Nacoya, Delroy, Micky et Flex. 

Après quelques heures de voyage, nous voilà arrivés à Negril, Jamaica! On veut la plage, le soleil, la musique et le bruit des vagues. Alors notre chambre d’hôtel, on l’a choisie dans un 5 étoiles et à 20 mètres de la mer des Caraïbes.  Au matin, le café on le prend sur le balcon sous 30° à l’ombre. Pour arriver sur la plage il suffirait presque de sauter du premier. 

La plage… où ta seule préoccupation est de décider qui ira au bar en premier. Sur la plage de Negril, le temps s’est arrêté. En ce moment il n’y a que toi, ton transat, le soleil, la mer et… Bob. 35 ans après sa dernière note, Bob Marley règne toujours en maître sur la Jamaique.  Et sur la plage, ses chansons résonnent encore au son des guitares des rastamen qui déambulent à longueur de journée.  Soleil, mer turquoise, sable blanc, musique… Oui, ce sont les vacances et elles prennent définitivement la tournure que tu attendais! 

Mais sortons un peu de notre hôtel. Direction Downtown Negril.  Micky nous emmène dans sa “hometown”, dans la Negril loin des all inclusive et des boutiques de souvenirs.  Aux détours des rues de ce quartier aux allures de village caribéen, faisons une pause sur la terrasse du Red Dragon, un bar sorti tout droit d’une autre époque. Trois tables et un comptoir. Ici on joue aux dominos en buvant la bière locale, la Red Stripe.  C’est l’occasion de discuter avec les passants qui ont tous une histoire à partager.

Ce soir les rude boys dansent et chantent sous les étoiles… Avec mon copain Flex, on sort chez Alfred’s.  Sur la terrasse de ce bar/restaurant sur plage de Negril, la scène est installée à même le sable. Chez Alfred’s on vient écouter du reggae, évidemment, mais pas seulement!  Ici, on ne jure pas uniquement que par Bob Marley. Et quand la soirée est lancée, c’est le moment de se déhancher au rythme du Jamaica Ska! Car tout le monde sait danser le ska, regarde nous, tu apprendras! 

Plus tard on n’arrêtera pas d’y revenir à Downtown.  Sur fond de musique toujours, on l’a trouvé notre QG, au Sunset Bar.  Et de là, on va pouvoir s’organiser.  Tu veux acheter des vinyles? No problem Man!  Tu prends l’escalier à l’arrière de la place du marché et tu vas chercher le disquaire chez le barbier.  Tu t’es tordu la cheville? No problem Man! Le médecin va arriver.  Tu veux écouter ta musique? No problem Man! On va le passer ton cd!  

Là où on s’est peut-être un peu emballé, c’est quand on en est arrivé à : “tu veux l’acheter cette maison? No problem Man! On va appeler! “. 

Bon… Et bien ce n’était pas une mauvaise idée… finalement, on va la prendre cette maison!  Parce qu’on est obligés de revenir maintenant.  Déjà, parce qu’on a plusieurs projets en cours : de producteur de musique à guide privé, en passant par pilote de bateau et ambassadeur pour la Paix (si si, rappelle toi, on en a parlé!)… on en a du boulot à terminer! Et puis parce que toute façon, une chose est sûre, la Jamaique c’est bon pour la santé! 

 

Catherine Bourguignon, conseiller Voyages (bureau de Jambes)