Excuse me while I kiss the sky

C’est parti ! Aéroport de Zaventem, 7h30. Vol SN501 de Bruxelles à JFK: on time ! Je décolle dans 3 heures à destination de ma New York, et j’ai tellement hâte de la retrouver ! Cet après-midi, The Big City sera prête pour m’accueillir et, pendant 24 heures, cela se passera uniquement entre elle et moi.

J’aurai une après-midi et une matinée à passer là-bas. Comme prévu, j’ai donc préparé un plan d’action pour profiter au mieux de ces courtes retrouvailles.

D’abord l’avion. Vol Brussels Airlines en privilège classe : top !

Avec mon ESTA en poche, qui est toujours en cours de validité depuis mon dernier voyage, j’accède à la file rapide pour le passage en douane. Temps d’attente, 10 minutes : impeccable !

Ma navette vers Manhattan est réservée : parfait !

Lorsque le van qui m’emmène vers mon hôtel entame la traversée du pont de Queensboro, je repense aux paroles entendues dans Gatsby le Magnifque, que j’ai justement visionné dans l’avion : « Je ne savais que penser… mais Manhattan vu du pont de Queensboro est toujours le Manhattan que l’on voit pour la première fois. Et qui promet tout le déchaînement de mystère et de beauté de que le Monde peut offrir ». Le chauffeur du van me demande ce qui me fait sourire. Je lui cite alors les mots de Nick Carraway dans Gatsby en lui disant que c’est excatement le sentiment qui m’envahit à chaque fois que je passe ce pont pour entrer dans Manhattan. Il me regarde alors avec un œil rieur et me répond : « So… Welcome Home ! ». Je jubile, il m’a définitivement comprise lui !

Après environ 45 minutes de trajet, j’atteins le Maritime Hotel. Cet hôtel, qui a été conçu pour représenter un bateau, dispose de petites chambres décorées avec soin et très confortables. Détail marin : ce n’est pas une fenêtre classique mais un hublot qui me dévoile la vue sur le Chelsea Market et la High Line. J’ai justement opté pour cet hôtel pour sa situation au cœur de Chelsea (à l’angle de la 9e avenue et de la 16e rue). Chelsea, lieu de brassage culturel où se mélangent galeries d’art et boîtes de nuit ultra branchées, est juste à côté de Meatpacking District, ancien quartier des abattoirs qui abrite aujourd’hui d’anciens entrepôts transformés en lofts et boutiques de luxe.

A 2 rues de mon hôtel, je découvre Story, un concept store qui propose toutes les 6 à 8 semaines un thème différent de manière à ne pas tomber dans l’épuisement que connaissent certains commerces très spécifiques. La propriétaire explique que l’idée de départ était de « penser le marketing comme le rédacteur en chef d’un magazine qui planche sur un nouveau thème à chaque numéro, à l’image d’une galerie d’art et de ses expositions. Imaginer une histoire forte, repenser l’environnement de vente, proposer des articles en lien avec le thème, organiser des évènements : et voilà ! Une nouvelle boutique est née pour quelques mois » [1] . Le thème exploité lors de mon passage : Work Space. De la tenue idéale pour la parfaite working girl au bloc-notes connecté en passant par l’espace machine à café, tous les aspects de la vie au boulot ont été travaillés de manière innovante et cadrant parfaitement avec le côté ultra en vogue du quartier.

Mon escapade me mène ensuite au cœur de Greenwich Village, le New York des new-yorkais. Au 66 Perry Street, je passe devant la maison de Carrie Bradshaw [2] pour arriver chez CO Bidglelow, la plus ancienne pharmacie de la ville où on trouve encore aujourd’hui des potions homéopathiques, des cosmétiques bio et produits de soin en tous genre. Cette adresse est l’un des piliers du quartier. Il paraît d’ailleurs que Sarah Jessica Parker, Susan Sarandon, Calvin Klein (entre autres) en sont encore aujourd’hui des clients réguliers.

Pour terminer la journée, de boutiques de modes en ateliers de créateurs, je flâne à mon aise dans les rues du Village avant de passer redéposer mon – déjà trop nombreux – shopping à l’hôtel.

Ce soir, rendez-vous à Meatpacking District. Le bar rooftop du Gansevoort Hotel est parfait pour prendre un apéritif avec une vue imprenable sur Manhattan, dans une ambiance lounge à l’écart des nombreux touristes qui fréquentent les rooftop de Times Square.

Ensuite, changement d’atmosphère pour aller dîner à la Tavern on Jane (à l’angle de la 8e Avenue et de Jane Street). Ambiance animée, photos de Joe di Maggio et Babe Ruth sur les murs de briques (les yankees – équipe de baseball – les plus célèbres de tous les temps à New York). On y sert une cuisine de qualité à base de classiques de la cuisine américaine (burgers, steak, salades,…), et le cadre y est super sympa.

Le lendemain matin, je décide de me séparer de New York à la new-yorkaise : après un jogging sur les quais de l’Hudson River, je passe prendre mon petit-déjeuner au Starbucks (ne me demandez pas l’adresse, on en trouve réellement à tous les coins de rues !) puis boucle ma valise tranquillement dans le confort de ma chambre au Maritime Hotel. Après mon check-out, j’emporte un exemplaire du New York Times et hèle un taxi à destination de Penn Station.

C’est la fin de ces 24 heures dans ma ville de cœur. C’était top, comme d’habitude… c’est sûr j’y reviendrai très vite, et pour plus longtemps ! Suite du programme : je prends un train à grande vitesse, l’Amtrak, à destination de Washington DC. Mais ça je vous raconte un autre jour ! A bientôt ! xoxo

Catherine BOURGUIGNON

 


[1] 111 boutiques absolument irrésistibles à New York, (collectif) ed. Hachette
[2] Héroïne branchée de la série Sex and the City