Excuse me while I kiss the sky

C’est parti ! Aéroport de Zaventem, 7h30. Vol SN501 de Bruxelles à JFK: on time ! Je décolle dans 3 heures à destination de ma New York, et j’ai tellement hâte de la retrouver ! Cet après-midi, The Big City sera prête pour m’accueillir et, pendant 24 heures, cela se passera uniquement entre elle et moi.

J’aurai une après-midi et une matinée à passer là-bas. Comme prévu, j’ai donc préparé un plan d’action pour profiter au mieux de ces courtes retrouvailles.

D’abord l’avion. Vol Brussels Airlines en privilège classe : top !

Avec mon ESTA en poche, qui est toujours en cours de validité depuis mon dernier voyage, j’accède à la file rapide pour le passage en douane. Temps d’attente, 10 minutes : impeccable !

Ma navette vers Manhattan est réservée : parfait !

Lorsque le van qui m’emmène vers mon hôtel entame la traversée du pont de Queensboro, je repense aux paroles entendues dans Gatsby le Magnifque, que j’ai justement visionné dans l’avion : « Je ne savais que penser… mais Manhattan vu du pont de Queensboro est toujours le Manhattan que l’on voit pour la première fois. Et qui promet tout le déchaînement de mystère et de beauté de que le Monde peut offrir ». Le chauffeur du van me demande ce qui me fait sourire. Je lui cite alors les mots de Nick Carraway dans Gatsby en lui disant que c’est excatement le sentiment qui m’envahit à chaque fois que je passe ce pont pour entrer dans Manhattan. Il me regarde alors avec un œil rieur et me répond : « So… Welcome Home ! ». Je jubile, il m’a définitivement comprise lui !

Après environ 45 minutes de trajet, j’atteins le Maritime Hotel. Cet hôtel, qui a été conçu pour représenter un bateau, dispose de petites chambres décorées avec soin et très confortables. Détail marin : ce n’est pas une fenêtre classique mais un hublot qui me dévoile la vue sur le Chelsea Market et la High Line. J’ai justement opté pour cet hôtel pour sa situation au cœur de Chelsea (à l’angle de la 9e avenue et de la 16e rue). Chelsea, lieu de brassage culturel où se mélangent galeries d’art et boîtes de nuit ultra branchées, est juste à côté de Meatpacking District, ancien quartier des abattoirs qui abrite aujourd’hui d’anciens entrepôts transformés en lofts et boutiques de luxe.

A 2 rues de mon hôtel, je découvre Story, un concept store qui propose toutes les 6 à 8 semaines un thème différent de manière à ne pas tomber dans l’épuisement que connaissent certains commerces très spécifiques. La propriétaire explique que l’idée de départ était de « penser le marketing comme le rédacteur en chef d’un magazine qui planche sur un nouveau thème à chaque numéro, à l’image d’une galerie d’art et de ses expositions. Imaginer une histoire forte, repenser l’environnement de vente, proposer des articles en lien avec le thème, organiser des évènements : et voilà ! Une nouvelle boutique est née pour quelques mois » [1] . Le thème exploité lors de mon passage : Work Space. De la tenue idéale pour la parfaite working girl au bloc-notes connecté en passant par l’espace machine à café, tous les aspects de la vie au boulot ont été travaillés de manière innovante et cadrant parfaitement avec le côté ultra en vogue du quartier.

Mon escapade me mène ensuite au cœur de Greenwich Village, le New York des new-yorkais. Au 66 Perry Street, je passe devant la maison de Carrie Bradshaw [2] pour arriver chez CO Bidglelow, la plus ancienne pharmacie de la ville où on trouve encore aujourd’hui des potions homéopathiques, des cosmétiques bio et produits de soin en tous genre. Cette adresse est l’un des piliers du quartier. Il paraît d’ailleurs que Sarah Jessica Parker, Susan Sarandon, Calvin Klein (entre autres) en sont encore aujourd’hui des clients réguliers.

Pour terminer la journée, de boutiques de modes en ateliers de créateurs, je flâne à mon aise dans les rues du Village avant de passer redéposer mon – déjà trop nombreux – shopping à l’hôtel.

Ce soir, rendez-vous à Meatpacking District. Le bar rooftop du Gansevoort Hotel est parfait pour prendre un apéritif avec une vue imprenable sur Manhattan, dans une ambiance lounge à l’écart des nombreux touristes qui fréquentent les rooftop de Times Square.

Ensuite, changement d’atmosphère pour aller dîner à la Tavern on Jane (à l’angle de la 8e Avenue et de Jane Street). Ambiance animée, photos de Joe di Maggio et Babe Ruth sur les murs de briques (les yankees – équipe de baseball – les plus célèbres de tous les temps à New York). On y sert une cuisine de qualité à base de classiques de la cuisine américaine (burgers, steak, salades,…), et le cadre y est super sympa.

Le lendemain matin, je décide de me séparer de New York à la new-yorkaise : après un jogging sur les quais de l’Hudson River, je passe prendre mon petit-déjeuner au Starbucks (ne me demandez pas l’adresse, on en trouve réellement à tous les coins de rues !) puis boucle ma valise tranquillement dans le confort de ma chambre au Maritime Hotel. Après mon check-out, j’emporte un exemplaire du New York Times et hèle un taxi à destination de Penn Station.

C’est la fin de ces 24 heures dans ma ville de cœur. C’était top, comme d’habitude… c’est sûr j’y reviendrai très vite, et pour plus longtemps ! Suite du programme : je prends un train à grande vitesse, l’Amtrak, à destination de Washington DC. Mais ça je vous raconte un autre jour ! A bientôt ! xoxo

Catherine BOURGUIGNON

 


[1] 111 boutiques absolument irrésistibles à New York, (collectif) ed. Hachette
[2] Héroïne branchée de la série Sex and the City


 

“Just a New York Conversation rattling in my head”

Mercredi soir, il est temps de mettre au point mon programme du week-end qui arrive.

Conversation messenger :

« – Hello tu vas bien ? On se rejoint à Meatpacking District vendredi soir ?
– OK, ça marche pour moi. Je vois avec les autres s’ils sont motivés à sortir de Brooklyn. Sinon, samedi on fait comment ?
– Rendez-vous à Penn Station samedi à midi pile. »

Ah ! J’aime vraiment cette conversation ! New York, dans 48 heures, j’arrive !

C’est bientôt les vacances et j’ai 9 jours et 8 nuits pour me lancer à la conquête de la côte est des Etats-Unis. J’ai, évidemment, plein d’idées… il va donc falloir que je m’organise au maximum pour pouvoir optimiser au mieux mon temps pendant cette grosse semaine de congé.

Au programme :

D’abord New York, ma préférée ! Il paraît que j’ai un problème avec cette ville… au-delà de la passion, je pense qu’on peut parler d’obsession ! Cette fois, je n’y passerai pas beaucoup de temps puisqu’elle sera en fait le point de départ de mon aventure et que j’y passerai donc une seule nuit. Je vais donc choisir avec soin mon hébergement, dans l’un de mes quartiers préférés : Chelsea/Meatpacking District.

Ensuite, direction Washington DC. Je rêve depuis des années de me promener sur le national mall, d’y observer le Lincoln Memorial et d’y fouler la marche sur laquelle Martin Luther King « had a dream », de passer devant la Maison Blanche, de monter les marches du Capitol et d’imaginer Jenny qui retrouve Forest Gump dans la reflection pool après son retour du Vietnam. J’y consacrerai une journée entière.

Après DC, comme j’aime déjà l’appeler, cap au nord direction Boston. On ira en voiture en faisant étape à Philadelphia d’abord. Choix en adéquation avec une plongée dans le côté institutionnel des Usa puisque c’est là qu’a été signée la déclaration d’indépendance des Etats-Unis d’Amérique. J’ai entendu dire aussi que la ville est très « roots », qu’elle a un côté très brut et que le street art y est présent un peu partout. C’est tout ce que j’aime, arrêt obligatoire donc !

Le lendemain, départ tôt pour une journée de route à destination de Cape Cod dans le Massachussets. Mary Higgins Clark, les phares et les maisons en bois, les plages sauvages et l’observation de baleines au large. Encore des images que j’ai hâte de découvrir de mes yeux. Je m’imagine déjà, mes baskets aux pieds, foulant les planches des jetées des ports de pêche lors de mon jogging matinal.

Et pour finir, Boston. Autre berceau de l’histoire américaine et ville universitaire plus à taille humaine que sa grande sœur New York, elle est le point final obligatoire de cette escapade. Chaque fois que j’en ai parlé, les échos sont unanimes : canon ! Tant en terme de beauté que d’esprit festif ou de liberté d’esprit de cette ville qui est l’une des plus anciennes des USA. Parfait, c’est ça que je veux ! J’y passerai les 3 dernières nuits de mon séjour.

Allez, je boucle mes valises, j’imprime mes billets et je vous emmène dans mes bagages ! Promis je vous raconterai tout !

A très vite pour la première étape : ma précieuse New York City ! xoxo

 

Catherine BOURGUIGNON

Jamaica my Love!

Et bien on dirait que l’hiver à décider se réinstaller.  Déjà tu redoutes de retomber dans l’overdose de raclette, la lassitude des soirées DVD, les départs au boulot en dégivrant la voiture, les rhumes à répétition et autres joyeusetés de saison.  On serait quand même mieux au chaud, sous le soleil, sur une plage à l’ombre des cocotiers. 

C’est le moment de traverser l’Atlantique pour rejoindre mon Île, celle où désormais je déposerai mes valises, celle où le soleil brille toute l’année, celle où Rastafari a pris ses quartiers, celle ou Bob Marley est Dieu personnifié.  Là-bàs, mes potes s’appellent Greenie, Nacoya, Delroy, Micky et Flex. 

Après quelques heures de voyage, nous voilà arrivés à Negril, Jamaica! On veut la plage, le soleil, la musique et le bruit des vagues. Alors notre chambre d’hôtel, on l’a choisie dans un 5 étoiles et à 20 mètres de la mer des Caraïbes.  Au matin, le café on le prend sur le balcon sous 30° à l’ombre. Pour arriver sur la plage il suffirait presque de sauter du premier. 

La plage… où ta seule préoccupation est de décider qui ira au bar en premier. Sur la plage de Negril, le temps s’est arrêté. En ce moment il n’y a que toi, ton transat, le soleil, la mer et… Bob. 35 ans après sa dernière note, Bob Marley règne toujours en maître sur la Jamaique.  Et sur la plage, ses chansons résonnent encore au son des guitares des rastamen qui déambulent à longueur de journée.  Soleil, mer turquoise, sable blanc, musique… Oui, ce sont les vacances et elles prennent définitivement la tournure que tu attendais! 

Mais sortons un peu de notre hôtel. Direction Downtown Negril.  Micky nous emmène dans sa “hometown”, dans la Negril loin des all inclusive et des boutiques de souvenirs.  Aux détours des rues de ce quartier aux allures de village caribéen, faisons une pause sur la terrasse du Red Dragon, un bar sorti tout droit d’une autre époque. Trois tables et un comptoir. Ici on joue aux dominos en buvant la bière locale, la Red Stripe.  C’est l’occasion de discuter avec les passants qui ont tous une histoire à partager.

Ce soir les rude boys dansent et chantent sous les étoiles… Avec mon copain Flex, on sort chez Alfred’s.  Sur la terrasse de ce bar/restaurant sur plage de Negril, la scène est installée à même le sable. Chez Alfred’s on vient écouter du reggae, évidemment, mais pas seulement!  Ici, on ne jure pas uniquement que par Bob Marley. Et quand la soirée est lancée, c’est le moment de se déhancher au rythme du Jamaica Ska! Car tout le monde sait danser le ska, regarde nous, tu apprendras! 

Plus tard on n’arrêtera pas d’y revenir à Downtown.  Sur fond de musique toujours, on l’a trouvé notre QG, au Sunset Bar.  Et de là, on va pouvoir s’organiser.  Tu veux acheter des vinyles? No problem Man!  Tu prends l’escalier à l’arrière de la place du marché et tu vas chercher le disquaire chez le barbier.  Tu t’es tordu la cheville? No problem Man! Le médecin va arriver.  Tu veux écouter ta musique? No problem Man! On va le passer ton cd!  

Là où on s’est peut-être un peu emballé, c’est quand on en est arrivé à : “tu veux l’acheter cette maison? No problem Man! On va appeler! “. 

Bon… Et bien ce n’était pas une mauvaise idée… finalement, on va la prendre cette maison!  Parce qu’on est obligés de revenir maintenant.  Déjà, parce qu’on a plusieurs projets en cours : de producteur de musique à guide privé, en passant par pilote de bateau et ambassadeur pour la Paix (si si, rappelle toi, on en a parlé!)… on en a du boulot à terminer! Et puis parce que toute façon, une chose est sûre, la Jamaique c’est bon pour la santé! 

 

Catherine Bourguignon, conseiller Voyages (bureau de Jambes)

Quatre jours d’automne à Bordeaux

bordeaux-2Bordeaux ne se résume pas qu’à une appellation viticole ou à cette couleur rouge automnale, c’est aujourd’hui, une ville dont tout le monde parle. 

Un site historique, une ambiance cool et décontractée, un repère de bobos et d’hipsters, un lieu de bon goût….Inutile de partir avec une multitude d’adresses et de guides touristiques, Bordeaux est cette ville d’exception où tout un chacun y trouvera son bonheur en se contentant de flâner tout simplement.

Cette première découverte fut un véritable coup de cœur, la beauté de cette ville s’offre à vous avec tant de séduction ! De magnifiques endroits vous attendent. Bordeaux est une ville qui se visite facilement et très agréablement.

bordeaux-14Bordeaux ou l’art du savoir-vivre.

Flâner, visiter et découvrir Bordeaux commencent par une balade  le long des Quais de la Garonne. A pied, en tramway, et surtout en Vcub, ces vélos citadins dont les bornes sont situées à chaque coin de rue vous permettent d’emblée de vous mettre dans la peau de ces bordelais aux allures saines et sportives. Tout est fait à Bordeaux pour donner cette priorité à la Petite Reine (les voitures sont quasi persona non grata au sein de la ville). Après avoir enfourché votre vélo et être passé devant le Miroir d’eau, véritable fierté du patrimoine bordelais, vous pouvez déjà faire une pause dans l’un des nombreux bars se trouvant sur les quais. Tout en admirant le pont futuriste Jacques Chaban-Delmas, vous pourrez aussi passer dans les boutiques du Quai des Marques, ces entrepôts transformés en magasins où vous trouverez de nombreux articles « sorties d’usines » (Hugo Boss, Le coq Sportif, Lacoste, Quicksilver).

A quelques coups de pédales de ces quais, le quartier des Chartrons offre une ambiance villageoise avec sa rue Notre Dame où se côtoient ces vitrines qui allient design, repère vintage, et brocante bohème-chic (RKR, O’design…autant de magasins où des jeunes passionnés vous accueillent chaleureusement).

A découvrir également non loin de là, le jardin public et son Orangerie ainsi que le Musée d Art Contemporain, sans doute davantage pour son architecture revisitée que pour sa collection permanente.

Poursuivez ensuite votre balade dans le quartier Le Triangle, la Cours de l’Intendance et la Place des Grands Hommes regorgent de toutes les marques classiques (Louis Vuitton, Chanel, Zadig et Voltaire …), cette rue ressemblant davantage aux grandes rues du shopping à Londres, ce quartier est sans doute moins un coup de cœur.

A proximité se trouve le quartier Saint Pierre, pour le shopping différent et décalé : partir au départ de la Place Camille Julliand, vers les rues Pas Saint Georges et Saint James (concepts stores et magasins pointus).

La rue sainte Catherine complètement piétonne qui traverse une grande partie de Bordeaux est à éviter, elle nous fait penser en termes de boutiques aux grandes chaînes de notre Rue Neuve nationale. Passez votre chemin sauf pour acheter vos cannelés (spécialités bordelaises) chez Baillardan (rue porte Dijeaux 29, une perpendiculaire à cette dernière).

Enfin, le quartier Saint-Michel, à réserver au dimanche matin pour les puces … Idéalement, pour se faire réellement plaisir, il faudrait prévoir un camion pour rentrer chez soi plutôt qu’un vol avec bagages légers.

Petit détour dans ces deux lieux de perdition pour les fans de brocante :

  • Le passage Saint-Michel [14, place de Canteloup, tél. 05 56 74 01 84.]
  • Les Hangars du Passage [12, rue Allamandiers, tél. 05 56 91 38 43.]

Dans les divers quartiers, n’hésitez pas à lever les yeux vers les façades bordelaises aux allures classées et rénovées avec soin et goût. Laissez poindre également votre regard vers ces luminaires suspendus qui font aussi la tradition de cette ville.

bordeaux-9Bordeaux ou ses bistrots, restaurants typiques et branchés

Un choix inimaginable dans toute la ville où chaque endroit à sa touche, sa particularité, son ambiance.  A chacun de trouver son adresse incontournable.

 

 

 

Voici, nos découvertes :

  • Chez Pompon, 4, cours de Verdun, tél. 05 56 79 13 13. L’une des brasseries bordelaises les plus courues.
  • L’Orangerie du Jardin Public, Cours de Verdun, tél. 05 56 48 24 41. Pour déjeuner en terrasse au coeur du jardin public.
  • Cap Péri, 3, Rue de la cour des aides, tel. 0556909305. Pour le dîner, minuscule restaurant italien avec uniquement des pizzas préparées en direct par le chef à l’accent charmant. Secondé par une amie associée  qui nous fait découvrir l Italie par un choix juste en vin. Réservation indispensable, 12 places uniquement, dépaysement garanti.
  • Le petit commerce, 22, Rue du Parlement Saint-Pierre, tel. 0681475407. Brasserie bordelaise avec produits de la mer. Ambiance familiale et très conviviale.
  • Espace Darwin et son Magasin Général. Quai des Queries 84, sur la rive droite de la Garonne, tel.0556778835. Coup de cœur absolu du séjour. Ce sont des grands hangars réhabilités dans un objectif d’économie durable avec un projet bio véritable. Ambiance archi familiale avec un skate park, des cours de rollers, de yoga, des salles de co-working, et le Magasin Général, ce bistrot réfectoire et son épicerie bio. Dans ce lieu rempli du charme de la récup, l’épicerie-bio propose une large gamme de produits responsables, savoureux et bons. Juste derrière, le bistrot-réfectoire vous concocte des plats simples et délicieux dans une ambiance cool, accueillante, branchée à souhait, le bon nid de la hysptéritude bordelaise avec une immense terrasse où s’alternent vieux canapés, transats vintage, tout pour profiter d’un long après-midi tranquille.

Bordeaux ou dormir dans un hôtel branché, au cœur d’une ville magique. le Mama Shelter,  [19, Rue Poquelin Molière.]

Loger au Mama Shelter s’impose. Outre ses petits déjeuners complets et délicieux, son ambiance conviviale autour du bar pour un apéro haut en couleurs, les bordeaux-10chambres sont tout confort (prendre une réservation « move me up » pour plus de calme) et le personnel jeune et charmant. Mention spéciale pour sa situation complètement centrale au coeur de la ville : tout est toujours à côté du Mama Shelter !!! Déco décalée, béton lisse, tags très graphiques sur les murs, suspensions en crochets, bouées de piscine autour du bar, cet éclectisme donne une allure chic et vivante à cet hôtel en perpétuel mouvement.

Bordeaux et sa campagne

Pour les amoureux du Vin, Saint-Emilion, hors saison, est à voir. Ce village perché est outre inscrit au patrimoine de l’Unesco mais surtout un lieu où les vignes règnent en maitre.

Le château La Dominique, avec La terrasse Rouge tél.0557513136, restaurant avec une terrasse suspendue et un chai aménagés tous deux par l’architecte Jean Nouvel. Cet ensemble donne une vue sans limites sur tout le vignoble, et sur le bordeaux-13non moins célèbre Château Cheval Blanc.

Rentrer ensuite en Belgique dans son « home sweet home » et penser d’emblée à retourner dans ce Petit Paris où nous avons encore plein d’idées à emporter et surtout pour s’imprégner de cet art de vivre sain, jeune, culturel et ambitieux.

Clin d’oeil pour l’humour bordelais où nous retrouvons enfin cette “non prise de tête” chère à notre Plat pays.

by Pernille V.

Etat de grâce à Monaco …

Mesdames et Messieurs, bienvenue à Nice. Il est 11h30 et la température au sol est actuellement de 20° Celsius”.  C’est parti!  On sort le foulard et les lunettes noires et on part sur le Rocher! Nous ne sommes pas là pour assister au Bal de la Rose mais parce que nous sommes au début du mois de mars et que, à la fin de l’hiver, il est toujours bon d’aller faire un tour du côté de la Méditerranée.
Les taxis attendent à la sortie de l’aéroport… Mais on va plutôt y aller en hélico! Votre ceinture est bouclée, l’autorisation de décoller est donnée et la French Riviera apparaît sous vos pieds.  Le vol dure environ 10 minutes avant que l’hélicoptère se pose sur le sol de la Principauté de Monaco.

Home sweet home

MonacoVous avez décidé de “bien le faire” Monaco.  Donc vous avez choisi de dormir dans un hôtel de luxe.  Et la junior suite deluxe de l’hôtel Métropole vous paraît tout à fait adaptée pour héberger votre grande vie à Monaco le temps d’un week-end.
A votre arrivée à l’hôtel, un courrier personnalisé a été déposé dans votre chambre, accompagnant un plateau de fraises au chocolat et autres friandises de bienvenue. Et demain matin, c’est Monsieur Joël Robuchon qui sert le petit-déjeuner.

Côtoyer des mythes sur la Place du Casino

Monaco 4La place du Casino c’est le cœur de Monte-Carlo.  Installez-vous à la terrasse du Café de Paris, lieu idéal d’où vous aurez une vue imprenable sur le bal des passants.  Devant vous défile aussi la plus prestigieuse concentration de voitures de luxe que leurs propriétaires, tout en ayant l’air de ne pas y toucher, font vrombir sous vos yeux pleins d’admiration. Et si vous avez “l’œil en or”, peut-être apercevrez-vous 007 au volant de sa fameuse Aston Martin, venu passer la soirée au mythique Casino de Monte-Carlo.
Un conseil: si vous aussi vous comptez vous perdre cette nuit dans l’antre du jeu, passez juste avant à l’hôtel de Paris.  Dans le lobby du célèbre hôtel de luxe trône une statue équestre de Louis XIV. Il paraît que caresser le genou droit de son cheval apporte chance et prospérité.  Superstition… Mais sait-on jamais…

Tester la vie nocturne monégasque

Monaco 9Ce soir je vous emmène à Port Hercule.  Nous allons dîner au Café des Artistes.  Dans ce restaurant aux allures de brasserie parisienne, l’ambiance est mondaine tout en étant détendue.  Le risotto aux Saint-Jacques est plutôt réussi et les fruits de mer à emporter vous donnent envie d’organiser votre prochain pique-nique sans plus tarder.
À la sortie du Café des Artistes, nous n’avons qu’à traverser la rue pour trouver La Rascasse, un bar au nom certes un peu terroir mais au cadre prometteur.  L’ambiance s’installe doucement le temps que le groupe de rock qui s’apprête à enflammer la soirée se mette en place. Puis quand commencent à sonner les premiers accords de guitare, vous vous rendrez compte qu’ici aussi “we’ve got the mooooooooove like Jagger”.  Et pour ceux qui ne seraient pas très Rock ce soir, un DJ mixe sur la terrasse chauffée.  Nous sommes samedi soir et la Principauté est de sortie. Et Monaco, c’est 2 kilomètres carrés. Aucun problème donc pour rentrer à pieds!

Dimanche

Le dimanche matin, les monégasques se donnent rendez-vous au marché de la Condamine.  Les terrasses qui entourent la place sont baignées de soleil, c’est parfait pour prendre un café avant d’attaquer la journée.  Ce matin, nous montons sur le Rocher.  Après avoir observé le monde marin et caressé des requins au musée océanographique, allons nous promener dans les ruelles entourant le Palais Princier.  Un peu avant midi, devant le Palais, c’est la relève de la garde.  Le changement de service se fait au son de la fanfare sous l’œil des rares touristes présents à cette période de l’année.
Une fois les officiers en place, il est temps d’aller bruncher.  Dans la salle du restaurant de l’hôtel Fairmont, le buffet est installé face à la Méditerranée. Au buffet de l’hôtel nous nous attendons bien sûr à trouver fromages, salades et œufs brouillés. Mais le brunch à Monaco c’est surtout fruits de mer et Champagne à volonté!

Lazing on a sunny afternoon

L’après-midi, pour nous remettre de cette matinée épuisante, prenons le temps de nous laisser vivre et profitons de nos installations.  Si comme moi vous avez décidé de loger au Métropole, allez faire un tour à l’Odyssey, la piscine de l’hôtel créé par Karl Lagerfeld, excusez du peu!  Nous sommes en ville mais ici tout n’est que calme, luxe et volupté.
Si vous avez opté pour l’Hermitage, les thermes marins sont juste quelques étages en-dessous de votre chambre.  Traversez le lobby sous la coupole dessinée par Gustave Eiffel et descendez vous tremper dans la piscine d’eau de mer ou dans le jacuzzi sur la terrasse qui surplombe le circuit du Grand Prix de Formule 1.
Au Monte-Carlo Bay dans son lagon à fond de sable, ou au Monte-Carlo Beach au beach club, la vie s’écoule tout aussi paisiblement en bord de mer.
Décidément la vie peut parfois être compliquée! Enfin, là ça va, elle est encore supportable!

Le lendemain matin, c’est l’heure du retour à la réalité. Vous avez encore le temps de vous séparer tranquillement de Monaco, en allant faire un tour sur l’un de ses ports, en léchant les vitrines des boutiques de luxe sur la plaçe du casino ou en faisant la grâce matinée dans votre junior suite deluxe.  Mais très vite, votre voiture vous emmènera de nouveau vers l’héliport. Votre ceinture sera de nouveau bouclée et la French Riviera apparaîtra de nouveau sous vos pieds.  Et puis là vous serez embêtés parce que vous vous direz que, à Monaco, il faudra que vous y retourniez!

Key West …

La Floride;  le bling bling sur Océan Drive à Miami Beach, le temple de la consommation à Orlando, les alligators dans les Everglades, la conquête de l’Espace depuis Cap Canaveral et… Key West! Key West c’est l’endroit le plus au Sud des États-Unis, la dernière des Key’s Islands à 250 kilomètres de Miami, à 150 seulement de Cuba.  D’après l’écrivain Alison Lurie c’est “là où on va quand on a échoué partout ailleurs”. Il faut traverser les Key’s par l’overseas Highway pour arriver ici, au bout de la route nº1, au kilomètre zéro.

Le “do it like you want” sur Duval Street

Key West 9Sur la rue principale de l’Ile, le dresscode est simple : lunettes de soleil et tongs exigées. Pour le reste, libre à chacun de s’exprimer.  Les terrasses des nombreux bars, avec vue sur la rue, sont des plates-formes d’observation impeccables pour voir se rencontrer Amérique et Caraïbe, springbreakers et rastamen, boutiques de breloques et pubs irlandais.  A toute heure du jour et de la nuit, l’agitation règne sur Duval Street, douce à certains moments, euphorique à d’autres.

Au bout de la rue, à l’extrémité ouest de l’Ile, Mallory Square commence à se réveiller, au fur et à mesure que le jour tombe.  Le coucher du soleil fait affluer tout Key West pendant que chanteurs et artistes de rue prennent possession de la place. Et quand le soleil a disparu à l’horizon, Mallory Square vibre au rythme des cracheurs de feu, jongleurs et diseuses de bonne aventure.

Thank God it’s Friday au Sloppy Joe’s

Key West 4De retour sur Duval Street. Après avoir mangé un burger et bu une Budweiser au Hard Rock Café, direction le Sloppy Joe’s.  Les photos d’Ernest Hemingway accrochées au mur rappellent que ce bar était à l’époque le repère de l’écrivain. Un grand bar en bois fait face à la scène où joue en live un groupe de rock.  Ici, on rencontre des joueurs de football américain, des motards en weekend-end, des étudiants en Springbreak,… tous présents dans le même esprit : vivre Key West jusqu’au bout de la nuit! Oui, c’est définitivement ici qu’on va passer la soirée!

Célébrer la Conch Republic à Bahama Village

Key West 1Les lendemains matin sont très tranquilles à Key West. En terrasse on prend le brunch, le réveil se fait en douceur après une courte nuit.  Laissons Duval Street récupérer et laissons nous emporter par le cœur de Key West.  Autrefois district caribéen de l’île, Bahama village a conservé les maisons en bois colorées et la quiétude des villages antillais.

En 1982, les Douanes et Frontières des États-Unis installent un barrage à l’entrée des Key’s afin d’instaurer une taxe touristique et de contrôler les allées et venues vers l’archipel.  En signe d’indignation, les habitants de Key West déclarent l’indépendance de leur île face aux USA en proclamant la déclaration d’indépendance de la Conch Republic.  Leur devise : “One Human Family”. Ici tout le monde à sa place, peu importe sa couleur de peau, son orientation sexuelle ou sa religion. Cette idée de tolérance et d’ouverture d’esprit imprègne encore aujourd’hui l’esprit de Key West. Et si depuis lors les barrages ont été levés, en 2014, à Bahama Village, on se sent toujours un peu citoyen de la Conch Republic.

Repartir sur le continent 

Key West 3 Avant de quitter Key West, détour par les plages du sud de l’île, à l’entrée du Golfe du Mexique.  L’eau est turquoise, le sable est blanc, c’est l’endroit parfait pour poser sa serviette au soleil et… dormir! Recharger ses batteries parce que demain, on quitte les Key’s et on se lance à la conquête de Miami!

 

 

 

 

Catherine Bourguignon, conseiller Voyages (bureau de Jambes)

London calling

Par moments, lorsqu’il fait un peu trop calme autour de moi, j’entends Londres qui m’appelle.  Le temps de sauter dans l’Eurostar et en 2 heures, je me retrouve alors au cœur de la capitale anglaise.  Londres c’est Big Ben, Buckingham Palace, Trafalgar Square, Regent Street,… décor parfait pour revivre le temps d’un week-end le londonian way of life.

So magic… emprunter le Poudlard Express à destination de l’école des sorciers   

Londres 3Ce n’est pas exactement le train emprunté par Harry Potter mais bien un bus qui vous emmènera à 2h de Londres pour visiter les studios Warner Bros dans lesquels ont été tournés les films mettant en scène le jeune sorcier.  Entrez dans la grande salle, déambulez entre Privet Drive, le chemin de traverse et le bureau du Professeur Dumbledore.  Un immanquable pour les fans, petits et grands. Et parce qu’ils ne sont pas sorciers, les enfants moldus devront avoir recours aux effets spéciaux mis à leur disposition pour immortaliser leur survol de Londres à bord de leur balai! Heu…que dis-je? A bord de leur Éclair de Feu!

Je dois bien l’avouer, la dégustation de la véritable bieraubeure n’est pas l’expérience la plus magique du voyage. Je préfère rentrer à Londres. Allez, venez, on va boire un thé!

 So british… prendre l’afternoon tea au Grosvenor House

Londres 6Quoi de mieux pour profiter de cette tradition historique que de prendre l’afternoon tea dans un lieu… historique? Nous sommes sur Park Lane, Hyde Park à droite, hôtels de luxe à gauche. L’hôtel Grovesnor House a vu se succéder, depuis 1929, familles royales et autres célébrités. Dans son salon, on vous sert le thé de votre choix, accompagné de sandwichs au concombre et au saumon, de pâtisserie, de scones à la confiture. Et quand le tout est accompagné de Champagne, c’est encore plus agréable de respecter la tradition!

So glam… s’envoler à bord du London eye – Champagne flight

Passage obligé sur les rives de la Tamise. Saluons Big Ben et prenons un peu de hauteur. Le London eye, c’est l’incontournable! C’est monter à bord d’une grande roue de 130 mètres de haut pour admirer Londres qui s’étend à vos pieds.

Le London eye comme moi je l’entends? Avec une coupe de Champagne… Évidemment!

So rock… se perdre cette nuit sur le trottoir de Camden Street

De retour au sol au moment où la nuit tombe, direction Camden Town, sur les terres d’Amy Winehouse. L’esprit de la chanteuse hante toujours les rues de ce quartier déjanté, haut lieu de la culture alternative. A deux pas de Camden Street, se trouve The Hawley Arms, le pub dans lequel elle aimait passer ses soirées.  Murs en bois, parquet qui craque, Guinness dans les fûts. C’est l’endroit idéal pour profiter d’une ambiance typiquement londonienne, à l’écart des touristes et sur fond de rock’n’roll bien sûr !

 So sad… remonter à bord de l’Eurostar

Mais quand vient le temps de nous quitter, j’ai une certitude : entre toi et moi rien n’est fini London Baby !

Catherine Bourguignon, conseiller Voyages (bureau de Jambes)

Majorque la plus belle

Majorque n’est pas toujours celle que l’on croit….

majorque-1Pour beaucoup Majorque est synonyme de  tourisme de masse, de plages bondées, de bars bruyants et de nuits courtes.

Quelque six millions de touristes viennent chaque année passer leurs vacances sur cette île des Baléares. Mais si vous traversez la Serra de Tramuntana avec ses sommets de plus de mille mètres, vous aurez l’île pour vous tout seul.

 

Montez dans une voiture de location et traversez les montagnes pour rejoindre la côte du nord-ouest de l’île. Vous y trouverez des falaises escarpées, des villages de pêcheurs pittoresques, des sommets vertigineux et des panoramas magnifiques. N’oubliez pas trois visites incontournables : la Chartreuse de Valdemossa où Chopin s’est retiré, Deia, un village de montagne devenu le St. Tropez de Majorque et Lluc, un grand lieu de pèlerinage.
Voici quelques merveilles que vous visiterez en voiture en suivant cet itinéraire qui commence à Palma. Palma, la capitale de l’île, bénéficie d’un ensoleillement constant et possède une cathédrale grandiose, un palais majestueux, une médina avec des bains turcs et d’autres attractions de toute première catégorie.
Ensuite, rejoignez l’ouest, un territoire quasi vierge en serpentant à travers la Serra de Tramuntana, le massif montagneux qui occupe la totalité de la partie ouest de l’île. Consacrez-y au moins quelques jours parce que vous n’arriverez jamais à tout voir.

L’ITINÉRAIRE (130 KILOMÈTRES)

Avant de monter dans votre voiture de location, profitez d’une balade délicieuse à travers la capitale Palma. Visitez la cathédrale et le palais d’Almudaina, perdez-vous dans les petites ruelles de l’ancienne médina et traversez les belles places pour aller flâner sur les avenues du Born et de la Rambla. En chemin, admirez des dizaines de palais, de monuments et de musées. Palma est de plus en plus branchée et propose d’excellents bar-salons et restaurants design.

PALMA > VALLDEMOSSA

Depuis Palma, suivez la PM111 en direction de Valldemossa ou la ‘Via Cintura’, une route
étroite à deux voies avec un trafic dense qui mène le long de prairies verdoyantes, de vergers de caroubiers, de figuiers et d’oliviers. Juste avant d’arriver à Valldemossa, la route se met à grimper en direction du sommet du Teix qui s’élève à plus de mille mètres. C’est dans l’ancienne chartreuse de Valldemossa que le compositeur Frédéric Chopin et sa maîtresse, l’écrivain George Sand, ont jadis trouvé refuge. Elle représente aujourd’hui l’attraction touristique de ce village typique.

VALLDEMOSSA > DEIA

Faites une halte au Mirador de Ses Pites avec sa vue imprenable sur la côte rocheuse et la Méditerranée. Arrêtez vous aussi au Son Marroig, l’ancienne résidence de l’archiduc Louis Salvador de Habsbourg là où il accueillit sa nièce Sissi. La C710, la route de la côte vous conduit vers la Punta de Deia. À partir de là, la route serpente vers le petit village à la mode de Deia. Le poète et écrivain britannique, Robert Graves, immortalisé par ‘Moi, Claude, Empereur’, y venait à une époque avec un cortège de maîtresses, de muses et d’amis artistes, dont Alec Guinness, Peter Ustinov et Ava Gardner. C’est ainsi que Deia devint le St. Tropez de Majorque. Elle compte aussi ses restaurants design, ses hôtels de luxe et ses élégantes demeures avec vue sur mer. Des gens célèbres y ont choisi leur
résidence comme Michael Douglas, Catherine Zeta Jones et Claudia Schiffer.

DEIA > SOLLER

Poursuivez sur la C710,en direction de Soller, la route de la côte, située au coeur d’une vallée verdoyante pleine de palmiers, de pins, d’orangers et de citronniers. Regardez les montagnes gris clair et au loin, la mer bleu azur. Garez votre voiture à côté de la gare Jugendstil qui était autrefois un ancien fort protégeant Majorque des invasions turques. Montez dans un vieux tram brimbalant qui longe des terrasses ensoleillées, qui traverse des vergers d’agrumes et qui mène à une baie merveilleuse.
La plage s’offre aux adeptes du bronzage et le port accueille des bateaux de pêche. Vous pouvez aussi faire une excursion en bateau au départ de Port Soller vers le parc naturel de Sa Calobra.

DURÉE DU VOYAGE

Cet itinéraire est court. Peu de kilomètres ! Mais à part le dernier trajet sur l’autoroute vers
Palma, vous n’irez pas vite… Les routes côtières sont sinueuses et les routes de montagnes escarpées. Mais vous serez enchantés de cet itinéraire si beau et si intéressant. Vous pouvez aussi faire un bon dîner, vous désaltérer sur une terrasse ou bronzer sur une plage déserte. Nous vous conseillons de réserver quatre jours pour voyager à votre aise. Jour un : Valldemossa-Deia, jour deux : Deia-Soller, jour trois : Soller-Lluc et jour quatre : Lluc-Inca-Palma.

LA CONDUITE EN VOITURE

Chez Sunny Cars, vous pouvez louer une voiture compacte, tout compris, à partir de 129€ par semaine à Palma de Majorque. La conduite en voiture à Majorque est tout à fait aisée. La côte sinueuse et les virages en épingle à cheveux dans les montagnes nécessitent de la concentration, mais les routes sont bien entretenues et la signalisation est bonne. Vous n’avez qu’à faire le plein, emporter une bonne carte routière et votre voiture de location de Sunny Cars se charge du reste !

(SC-logo-CMYKen collaboration avec Sunny Cars)

 

Ile Maurice

By Nancy.

Destination très surprenante. Paysages idylliques avec un métissage de culture, de gentillesse et de savoir-faire «hôtelier». On y va plutôt pour les hôtels, les plages et quelques visites ou des soins. On y mange divinement bien.

Je recommande une location de voiture, surtout si vous prenez une ½ pension, car la plupart des hôtels sont éloignés des centres et excursions. Comme dans toutes les îles de l’Océan Indien, les saisons sont inversées par rapport à l’hémisphère Nord. L’hiver tropical est (de mai à novembre) plus frais, sec. Entre Janvier et Mars, il y a quelques risques de cyclones.

Grand Baie est la principale station balnéaire de l’île, c’est aussi un important centre de shopping.