14 conseils pour des circuits familles en Amérique du Nord

L’Ouest des USA avec enfants

Les casinos de Las Vegas ne sont pas accessibles aux enfants mais il y a beaucoup d’alternatives! Il ne faut pas manquer le Highroller au LINQ Hôtel, ainsi le parc d’attractions Adventure Dome au Circus Circus Circus Hôtel ou bien encore la découverte du Neon Museum, au centre-ville de Las Vegas, les enfants et les adultes ne s’ennuieront pas.

Le quartier Haight-Ashbury à San Francisco sera l’endroit idéal où amener vos « ados branchés ». Les amateurs de mode vintage seront comblés. Vous pouvez passer des heures à marcher dans les innombrables boutiques vintage, déguster un délicieux milk-shake sur une des petites terrasses et la musique des artistes de rue n’est jamais loin. La visite guidée du bus Hop-on-Hop-off vous attend!

Apple, Facebook, Twitter, Google…. Est-ce cool de visiter la Silicon Valley pour voir par soi-même le siège social de ces grandes entreprises? Apple, dont le siège social est situé à Cupertino, possède un Apple Store qui vend des produits spécialisés que l’on ne trouve nulle part ailleurs. Un must pour les fans d’Apple!

Bearizona, près de Williams se trouve un parc unique où vous pourrez observer les majestueux bisons, loups et chèvres de montagne à travers un itinéraire de 5 km que vous effectuez à bord de votre voiture de location. Après cette balade, vous ferez une halte au Fort Bearizona où les petits et les plus jeunes animaux séjournent. Pour les tout-petits, il y a même une ferme pédagogique.

La Floride avec enfants

En Floride, il y a énormément de choix pour un voyage inoubliable en famille. Choisissez une maison de vacances avec piscine privée. Nous conseillons Orlando Area Executive Plus Homes où les maisons ont une belle piscine extérieure et certaines maisons ont une “salle de jeu”. A noter le séjour est de 4 nuits minimum.

Le Bellasera Resort à Naples est un hébergement adapté aux enfants et dispose de notre icône « Recommandé ». Ce centre de villégiature est situé à proximité du centre de Naples et dispose de suites spacieuses et d’appartements avec plusieurs chambres à coucher. Il dispose de chaises hautes et de lits de camp disponibles et vous pouvez utiliser gratuitement la navette jusqu’à la plage.

Disney World, Universal et Bush Gardens ne sont que quelques exemples des nombreux parcs d’attractions du Sunshine State. Si vous cherchez un parc un peu plus petit, pour les jeunes enfants, visitez Legoland Florida ou bien encore Dinosaur World près de Tampa.

Ouest du Canada avec enfants

Le Nakiska Ranch est idéalement situé près du parc provincial de Wells Gray. Cette ferme est entièrement opérationnelle, signifiant que les vaches et les chevaux paissent dans les prés autour de la ferme et qu’il y a plusieurs animaux plus petits dans la cour. Les chambres et les cabines sont confortables et un barbecue et un feu de camp sont mis en place plusieurs soirs par semaine.

Snorkeling avec les saumons…. si vous osez! À Campbell River, vous pouvez profiter d’une expérience unique entre le 20 juillet et le 30 septembre. Du bateau, les milliers de saumons sont déjà visibles dans les eaux cristallines, mais vous pouvez aussi enfiler une combinaison pour aller faire du snorkeling dans la rivière, entre les saumons roses. Si vous avez de la chance, vous rencontrerez des ours noirs, des phoques et autres animaux sauvages.

Vancouver est une ville formidable à découvrir avec les enfants. Le parc Stanley est parfait pour une journée sportive. Vous pouvez faire du vélo, jouer au football, au pitch & putt ou à la natation dans le parc aquatique « Variety Kids ». Vous pouvez aussi réserver un vol chez « FlyOver Canada », une attraction formidable où vous pouvez survoler le Canada et sentir littéralement toutes les saisons du pays! Attention: pour cette attraction 5D, les enfants doivent mesurer au moins 102 cm.

Est du Canada avec enfants

L’hôtel Chelsea à Toronto propose plusieurs prestations pour les enfants. Sur la Market Place, vous pouvez manger des aliments frais et sains sans avoir à vous asseoir à table pendant des heures et au premier étage de l’hôtel se trouve une zone « Family Fun ». Vous y trouverez la piscine familiale, avec bien sûr un grand toboggan, une aire de jeux séparée pour les tout-petits et une salle de jeux pour les ados.

Volez à travers les forêts du Québec! Le Tree Top Adventure à Saint Fulgence offre un parcours stimulant sur des ponts de cordes, via des filets et des échelles, et des tyroliennes entre les arbres. Il propose plusieurs niveaux et depuis la forêt, vous avez une vue imprenable sur le fjord du Saguenay.  Avant de commencer, suivez les consignes de sécurité détaillées. Consultez notre site Web pour connaître les règles d’accès.

Conseils sur les musées à Ottawa!Tous les enfants n’ont pas le même enthousiasme pour un musée, mais le Musée canadien d’histoire est un incontournable pour tous les âges. La conception du musée est très spéciale: à travers divers écosystèmes, vous parcourez l’histoire du Canada et vous pouvez voir l’évolution depuis les animaux préhistoriques vers la faune contemporaine du pays.



Sources :: eurAm.eu

Partir à Oman, vous devriez y penser !

On sait que le sultanat d’Oman est un pays du Moyen-Orient, au sud de la péninsule d’Arabie. Mais saviez-vous que les hôtels de luxe et les activités s’y multiplient pour attirer les touristes ?

Avant leur séjour parmi nous, beaucoup de touristes assimilent le sultanat d’Oman aux autres pays du Golfe et, plus généralement, aux autres pays musulmans. Ils entretiennent dans leur esprit un lien confus entre notre culture et le terrorisme islamique, dont les médias leur rebattent les oreilles. Notre objectif, à nous les Omanais, c’est qu’au moment de nous quitter, les touristes cessent définitivement de faire l’amalgame. Vous ne trouverez aucune autre contrée du monde arabe où les gens sont aussi généreux, accueillants et gentils qu’ici. Oman est spécial, croyez-moi…” Mohammed Al-Maskari tire longuement sur sa chicha aromatisée à la pêche. Le jeune responsable de la communication et du marketing d’un complexe hôtelier de luxe expire ensuite un volumineux nuage de fumée, qui finit par se dissiper dans l’air encore chaud du début de la nuit.

C’est notre dernière soirée sous les étoiles omanaises. En quelques jours, nous avons trouvé de nombreuses raisons d’accorder du crédit aux paroles de Mohammed: oui, le sud de la péninsule d’Arabie abrite une population paisible et des paysages de toute beauté ! Flashback.

Des dattes, confites de milles manières

Nous commençons par déambuler en toute quiétude dans le souk de Nizwa. Première occasion de partager un café amer et des dattes, confites de milles manières. On en fait même une pâte sucrée qui se déguste à la cuillère. Ensuite, direction le fort de la ville. D’un magasin d’épices filtre le son d’une retransmission en anglais du match de Manchester City. Le commentateur souligne une bonne action de notre Kevin De Bruyne national. Nous nous sentirions presque à la maison, sauf qu’ici il fait plus de 25 degrés en hiver.

En soi, la visite du fort de Nizwa n’est pas inintéressante. Seulement, sa restauration minutieuse et l’accumulation de nombreuses couches de plâtre le privent d’un cachet authentique. Nous nous attardons alors sur les hauteurs de ses remparts datant du XVIIe siècle. La vue panoramique vaut le détour.

Sur la route du village Misfat al Jabreen, nous nous arrêtons pour reprendre des forces. Surprise ! Dans une petite gargote qui ne paie pas de mine, le menu composé d’une soupe piquante, d’un poulet accompagné de son riz parfumé et d’une boisson comble avec délices nos appétits. Le tout pour l’équivalent de huit euros.

C’est dans les monts Hajar que se cache Misfat, village hors du temps. Les maisons en argile sont construites à flanc de falaises rocheuses. Elles se prolongent de plateaux en terrasses où poussent entre autres des dattes, des grenades, des papayes et des bananes. On s’y balade, au frais, presque seul au monde, tant les habitants sont discrets.

Balade dans les montagnes

Après une nuit dans les montagnes, effaçant la fatigue due au décalage horaire de trois heures, nous partons en balade sur un sentier surplombant le grand canyon d’Oman, Jabal Shams. Au bout d’une petite heure de marche pointe un village abandonné, suspendu sous une cascade alors asséchée. Lors de la dernière crue, ses habitants ont été relogés vers des lieux plus sûrs et plus accessibles. Le Sultan, manifestement soucieux du bien-être de sa population, y a veillé.

Le lendemain, dans le souk de Mascat, nous remarquons que la figure de Qabus ibn Saïd est partout, sur les billets, sur des affichettes dans les échoppes et sur des drapeaux dans les ruelles. Le soir même, nous rencontrons Mohammed à l’hotel Al Husn. “Le Sultan gouverne dans l’intérêt du pays“, explique-t-il. “A vos yeux, il est difficile de comprendre qu’on soit satisfait si l’on ne vit pas dans une démocratie, mais il faut être conscient qu’ici, la gouvernance du pays répond à notre conception de la religion et de la tradition, tout en s’adaptant aux changements et aux défis futurs, avec de nouvelles maisons, des nouveaux bâtiments publics, des investissements massifs dans l’éducation et la culture. Enfin, aujourd’hui, le tourisme est notre principale préoccupation“. Sans doute pour que l’économie d’Oman ne soit plus aussi dépendante de l’extraction de ses ressources de pétrole.

Une histoire encore à écrire

Juste avant de prendre l’avion de retour vers nos froides contrées, nous découvrons encore le musée national flambant neuf à Muscat. Des classes d’adolescents se succèdent dans les douze galeries permanentes. Les écoliers sont vêtus d’une tunique blanche traditionnelle, les écolières, voilées et souriantes. Le musée retrace toute l’histoire et les traditions du pays avec plus de 7 000 objets qui sont exposés sur 4 000 m2 de superficie. Nous assistons à la projection d’un film didactique, qui explique que l’histoire d’Oman continue à s’écrire chaque jour. Une histoire difficile à comprendre pour nous, Occidentaux, mais passionnante…

Vision pacifique de l’Islam

La religion du sultanat est l’ibadisme, un courant minoritaire de l’Islam venu de Mésopotamie qui prône, selon les préceptes de la “vraie croyance“, la tolérance envers les autres religions et le respect de la nature et des animaux. A l’occasion de la visite de la grande mosquée de Muscat, inaugurée en 2001, un professeur d’université local insiste : “L’Islam est une religion de tolérance, et nous l’avons toujours pratiquée ainsi, dans le respect de l’autre, qu’il soit croyant ou non. Le Sultan, lui-même, prolonge cette tradition, promouvant la paix sur la scène internationale et usant des relations diplomatiques pour tenter de résoudre les différents conflits que connaît la région.” Le pays reste quand même assez conservateur et traditionnel. Evitez de vous balader en short (filles comme garçons) dans les lieux publics et couvrez vos épaules.


Nous vous proposons prochainement un voyage Exclusif au Sultanat d’Oman du 17 au 25 octobre 2017 
Découvrez notre voyage EXCLU >


Sources : La Libre, 04 février 2017

Découvrez pourquoi l’Irlande est “the place to be”

Pour bien commencer 2017, visitez l’Irlande. Si vous souhaitez vraiment changer d’air et vivre l’Irlande authentique, un circuit en voiture vers Donegal est vraiment un incontournable. N’oubliez pas de passer voir l’attraction numéro 1 d’Europe à Belfast et ne passez pas à côté du Skellig Ring dans le comté de Kerry qui sont chaudement recommandés par les guides Lonely Planet. Les amateurs de musique apprécieront très certainement le Tradfest qui se tient à la fin du mois de janvier à Dublin. Nous espérons pouvoir vous accueillir sur l’île verte en 2017 !

Donegal, le secret le mieux gardé d’Irlande pour 2017 !

Si vous souhaitez vraiment déconnecter et découvrir la côte ouest d’Irlande, authentique et sauvage, venez à Donegal. « Le monde sauvage à l’état pur » : selon le magazine National Geographic, Donegal est l’une des 21 destinations par excellence pour 2017. Vous trouverez de plus amples informations à propos de Donegal ici>

Titanic Belfast élu attraction numéro 1 en Europe

Ni la Tour Eiffel, ni Buckingham Palace. Le Titanic Belfast a été désigné comme la première attraction d’Europe. Cette merveille dans la ville où le Titanic a été construit vaut vraiment le détour, tout comme la ville de Belfast en elle-même ! Pour en savoir plus>

Le parcours Skellig Ring sélectionné par le Lonely Planet comme le “Meilleur voyage de 2017” !

Selon le Lonely Planet, il ne faut surtout pas manquer le parcours de 32 km du Skellig Ring sur le Wild Atlantic Way ! Avez-vous déjà été sur la côte de Kerry? Pour en savoir plus>

Fans de musique, attention !

Tradfest ! Au cœur de Dublin aura lieu, du 25 au 29 janvier, l’événement musical le plus cool de toute l’année. Il reste des places disponibles pour ces concerts intimes d’artistes populaires. Pour en savoir plus> 

 

 

 

 

Source :: www.ireland.com

Les 21 destinations à découvrir en 2017 selon le National Geographic

Des forêts tropicales d’Equateur, au berceau de l’humanité sud africain, en passant par Kauai sur l’archipel hawaïen, ou Cathagène en Colombie, voici les 21 destinations recommandées par le très prescripteur National Georgraphic pour l’année 2017 qui s’approche.

> Voir l’article sur National Géographic

Source :: Le Vif Weekend, le 24/11/16

Les plus belles photos de voyage de 2016

Chaque année, les Siena International Photo Awards sont décernés aux plus belles photos de voyage. Issus de plus de cent pays, les photographes participants ont envoyé leurs plus belles photos, pour un résultat magnifique.

 

Voir toutes les photos sur le site du SIPA Contest >

Source :: 06/11/16

Les destinations qui auront la cote en 2016 …

Un Best Of déterminé par Lonely Planet pour vous inspirer dans vos futurs voyages.

cubaParmi les cadeaux de fin d’année figurent également des voyages à (s’)offrir. Si vous manquez d’inspiration ou si vous cherchez tout simplement à surprendre, voici dix destinations originales pour tous les budgets. Un classement établi par Lonely Planet, qui donne déjà envie de partir.

 

 

 

Transylvanie (Roumanie)

Certes, la simple évocation de la Transylvanie fait référence à ces châteaux monumentaux dont le moins célèbre n’est assurément pas celui de Dracula. Mais la Transylvanie, c’est bien plus que cela. On y retrouve en effet de nombreuses galeries d’art, des ours en liberté et des pistes de poudreuse dans les Carpates qui méritent le détour. “Dans un ouvrage récent, l’éditeur Phaidon a d’ailleurs désigné Cluj-Napoca comme l’une des cités artistiques de demain, et la ville de Brasov attire autant les chasseurs de vampires que les assoiffés de vie nocturne” , pointe notamment Lonely Planet.

L’ouest de l’Islande

Pour les amoureux de la nature, c’est une destination à ne pas manquer. À découvrir, des “glaciers auréolés de nuages, champs de lave tourmentés creusés de tunnels gigantesques, cascades vrombissantes et vastes étendues verdoyantes qui font le bonheur des cavaliers. La péninsule de Snæfellsnes, longue de 90 km, et le parc national du Snæfellsjökull sont dominés par l’étincelante calotte glaciaire du Snæfellsjökull, immortalisé par Jules Verne dans son Voyage au centre de la Terre. Phoques, macareux et quantité d’autres oiseaux de mer batifolent en contrebas, sur le littoral.”

Vallée de Viñales (Cuba)

Là aussi, les paysages sont à couper le souffle. Viñales est un véritable havre de paix où loger chez l’habitant permet de profiter du calme et des balades dans les grandes étendues verdoyantes. Découverte des champs de tabac ou baignade dans une des nombreuses grottes sont aussi au programme. Mais Cuba, c’est aussi la vie, la musique, des bars animés aux rythmes endiablés où débuter la soirée avant de se retrouver autour d’une table authentique chez l’habitant où la langouste n’est pas rare au menu.

Vignobles de Frioul (Italie)

Il n’y a pas que les vignobles français, pardi ! La région de Frioul a réussi à sortir quelques pépites que l’on retrouve aujourd’hui dans les plus grandes maisons. Blancs aromatiques, rouges acidulés et surprenants vins oranges jalonnent une route des vins qui reste encore peu fréquentée, même par les Italiens. On ne vous fait pas l’affront de vous vanter la cuisine italienne, parmi les plus réputées au monde.

Waiheke Island (Nouvelle-Zélande)

Le paradis des kiwis est aussi une contrée aux criques et plages de rêve. Entre luxe et bohème, selon les envies, à 35 minutes à peine d’Auckland, dans une région où les hippies semblent encore bien présents comme en témoignent ces nombreux artistes qui y ont établi leurs quartiers. Le lieu est aussi réputé pour ses sports nautiques…

Auvergne (France)

Si l’on connaît tous les célèbres volcans d’Auvergne, la région reste cependant encore très peu visitée. Le territoire a cependant su évoluer pour proposer une multitude d’activités de plein air ou artistiques aux touristes las des stations balnéaires archibondées.

Hawai (États-Unis)

Longtemps cantonnée à ses plages de sable blond et ses spots de surfeurs, Hawaï présente bien d’autres atouts. À commencer par sa gastronomie. 2016 sera aussi chargée sur le plan historique puisqu’on célébrera notamment le 75e anniversaire de l’attaque de Pearl Harbour ou encore le centenaire de deux des principaux parcs nationaux de l’île.

Bavière (Allemagne)

Paysages, patrimoine et accueil ont fait la réputation de la Bavière. Sans oublier la capitale bavaroise, Munich, une ville où musées et palais le disputent aux merveilleux paysages. Sans oublier la célèbre Oktober fest. 2016 sera placée sous le signe de la bière avec le 500e anniversaire du Reinheitsgebot. En vertu de ce décret sur la pureté de la bière pris en 1516 par les ducs bavarois, seuls l’orge, le houblon et l’eau étaient autorisés dans le brassage du précieux nectar.

Costa Verde (Brésil)

L’an prochain, le Brésil vivra à l’heure des Jeux Olympiques. Mais pour fuir quelque peu la ferveur qui s’emparera une nouvelle fois de Rio, la Costa Verde et son littoral préservé, des sommets émeraude, des îles tranquilles, des cascades rafraîchissantes et d’époustouflantes plages quasi désertes ont de quoi séduire. L’Ilha Grande réserve aussi quelques surprises, ayant servi de repaire aux pirates, abrité une léproserie ou de prison pour grands criminels et prisonniers politiques.

Sainte-Hélène (Grande-Bretagne)

Cette minuscule île perdue dans l’Atlantique va vivre un tournant dans son histoire en 2016. Isolée, elle sera désormais plus accessible grâce à l’inauguration de son aéroport. Mais elle gardera encore longtemps sa singularité qui fait son charme.

Déconnectés, vous le serez assurément car les réseaux GSM y sont totalement aléatoires, mais qu’importe, on y vient pour sa quiétude et ses paysages majestueux.

 

Sources :: La Libre, 27 décembre 2015

Le “Poke Bowl”, ce plat qui va faire fureur en 2016 …

poke_bowlHawaïen à la base, le poke peut se décliner selon les envies dans un bol de bons produits.

Tout droit en provenance de Hawaï, cette spécialité se popularise de plus en plus aux Etats-Unis, presque à en remplacer les sushis du Japon ou encore le Ceviche du Pérou. Le poke (à prononcer Pokai, qui veut dire « dés »), c’est donc un bol de poisson cru (souvent du thon) coupé en cubes et mariné dans une mixture spéciale. On y retrouve généralement de la sauce soja, des noix de macadamia, des jeunes oignons, des algues, de l’avocat, de la mangue, de l’huile de sésame, du gingembre, des piments et des mélanges de condiments, et généralement servi avec du riz collant. Appétissant ? Il semblerait que ce plat qui met l’eau à la bouche figure parmi les plus grosses tendances « food » de l’année. C’est en tout cas ce qu’annonce le cabinet international de consultants en alimentation et restaurants Baum+Whiteman.

Si la fin de l’année 2015 l’annonçait déjà, le bol est occupé à prendre la place des assiettes dans les nouveaux restaurants. Exit le traditionnel plat en trois parties (viande ou poisson – légumes – féculents), désormais, on mélange tout et surtout on en profite pour faire la part belle aux aliments sains, à ceux qui nous donnent la pêche. C’est donc naturellement que le « poke bowl » risque de s’imposer et de varier, comme c’est déjà le cas à Los Angeles dans les nombreuses « pokerias ». Ainsi, on peut remplacer le thon par du saumon ou encore du poulpe. Et pour l’accompagnement, pourquoi pas des carottes colorées ou du panais, du quinoa, du tofu, des poivrons, de la courgette, du kale, etc. Bref, le délicieux plat hawaïen peut se décliner au gré des saisons et des envies.

Source :  La Libre, vendredi 08 janvier 2016

Adresses NEW YORK

Bar Rooftop du Gansevoort Hotel

Gansevoort-Park-Rooftop18 9th Avenue (at 13th Street)
(entrer dans le hall de l’hôtel et prendre l’ascenseur jusqu’au dernier étage)

Pour prendre un verre en soirée dans un endroit branché et avec une magnifique vue sur Manhattan.

Tonic Bar

Times Square, sur la 7th Avenue, entre la 48th et la 49th rue

Sport bar  et Karaoke plutôt fréquenté par des New Yorkais après leur journée de travail

Ellen’s Stardust Dinner

Times Square – au croisement de Broadway et de la 51th rue.

Les serveurs de ce dinner (burgers, fajitas, etc) rêvent de faire une carrière sur Broadway et se succèdent au micro du restaurant en reprenant les classiques des comédies musicales américaines.

Shake Shack

691  8th Avenue (entre la 43th et la 44th rue)

Le meilleur fast food ! (à faire absolument à la place du traditionnel Mc Do)

Burger du Parker Méridien

119 W 56th Street

Pas d’enseigne mais connu de bouche à oreille comme étant le meilleur « burger » de la ville.  Entrer par le lobby, le burger se trouve dans le coin à gauche.

Sugar Factory

sugarFactory46 Gansevoort Street

Pour manger le midi ou faire une pause sucrée l’après-midi.  Restauration type brasserie. 

Top avec des enfants : cocktails sans alcools à base de confiseries.

FAO Schwarz

Magasin de jouets

Au coin inférieur Est de Central Park, derrière le cube de l’Apple Store.

Préférer F.A.O. Schwarz, plus new yorkais que les traditonnels Toy’s R Us et Disney Store

Economy Candy

108 Rivington Street

Magasin de bonbons « bric-à-brac » dans Lower East Side

Abracadabra Store

19 W 21st St, New York

Magasin de farces et attrapes, déguisement, accessoires de fête,… sur 3 étages.  A voir ! Dans le quartier du Flatiron Building.

LIDS

lidsCasquettes

Times Square

Pour trouver toutes sortes de casquettes, les magasins LIDS sont top !  Il y en a 3 ou 4 à Times Square, les faire tous car les modèles peuvent différer d’une boutique à l’autre.

Les 8 meilleures adresses pour manger la gaufre de Bruxelles, de La Panne à Knokke

GauffreBRUXOù trouve-t-on les meilleures gaufres de Bruxelles ? A la côte, pardi ! Nous avons sélectionné huit tea-rooms réputés, de La Panne à Knokke, et désigné la meilleure – et la plus grande – gaufre du littoral.

1/ Hôtel/tea-room Aan Zee (4 gaufres)

Le tea-room de ce petit hôtel de La Panne est aménagé dans une sorte de véranda vitrée qui donne sur la place du marché. L’espace est agréablement coloré. Les clients de l’hôtel y prennent le petit déjeuner le matin. Les propriétaires, Natalie et Patrick, proposent une carte qui comble les gros appétits comme les petits. Le croque géant et la gaufre géante sont des spécialités. La cuisine ouverte se trouve derrière le comptoir. Les gaufriers trônent au milieu de ce désordre ordonné. Notre gaufre, prête en quelques minutes, affiche des mensurations avantageuses, 25 x 15 cm et 40 carrés (prix : 3,90 €). Légère et fine, elle est extrêmement savoureuse, saupoudrée de sucre glace et servie avec du beurre, deux sortes de sucres et de la confiture d’abricots. Moyennant un petit supplément, on reçoit un topping au choix, pâte à tartiner au spéculoos (+ 1,50 €) ou advocaat (+ 4 €). Le café de Bruynooghe, servi avec un petit chocolat et du cake, est soigné et de bonne qualité (2,10 €).

Hôtel/tea-room Aan Zee, Markt 6, 8660 La Panne, +32 58 41 46 40, www.aanzeehotel.be

2/ Santos Place (3 gaufres)

A l’emplacement d’une ancienne usine de torréfaction se trouve désormais un grand tea-room avec restaurant. Le propriétaire Frédéric Blondeel a déménagé les ateliers à Beauvoorde. Sur le trottoir d’en face, au n°333, le magasin du même nom vend du café moulu ou en grains, des pralines et des biscuits. Le tea-room couleur café sert des petits déjeuners et des lunchs. Les croquettes aux crevettes sont une des spécialités des lieux, avec le châteaubriand. L’après-midi, place aux crêpes et aux gaufres. Celles-ci comptent pas moins de 18 variantes : à la chantilly (4,50 €), au chocolat (7 €) ou aux fruits frais (7 €). Nous avons commandé une gaufre au sucre (3,30 €), qui est arrivée en peu de temps, avec douze carrés pour une taille de 17 x 10 cm. Une demi-gaufre l’accompagne. La tradition chez Santos veut que l’on remplisse totalement le demi-gaufrier. La pâte coule un peu sur le second moule, ce qui nous vaut un petit rab ! Le café torréfié sur place est top. Il est servi avec un petit chou frais farci à la crème pâtissière (2,20 €).

Tea-room restaurant Santos Palace, avenue de la Mer 306, 8670 Coxyde, +32 58 51 21 80

3/ ’t Sneukelhuisje (3 gaufres)

Glacier et salon de thé, ’t Sneukkelhuisje a trouvé place dans un bâtiment moderne à l’orée de Nieuport, près de la rotonde et à un jet de coquillages du port. Le tea-room est réputé pour sa glace maison, ses crêpes et ses gaufres exquises. Les propriétaires jouent la carte de la créativité avec leurs glaces : la kiba est une coupe banane-kiwi. On trouve aussi des parfums mojito, rose ou cuberdon. Les amateurs de café craqueront pour le café Sneukel, avec six mignardises (7,50 €). L’accueil est très sympathique. Le patron sifflote en salle. A côté de la gaufre au sucre (3,50 €), on trouve 17 variations, de la gaufre aux fraises fraîches et chantilly (7,20 €) à la gaufre aux fruits (7,40 €). Notre gaufre au sucre toute simple était de format standard (17 x 10 cm), avec quinze carrés. Un peu moins légère que d’autres, elle présentait tout de même une belle structure. Et beaucoup de saveur. Saupoudrée de sucre glace, elle nous a été servie avec un café bien mousseux, du torréfacteur artisanal gantois Javana (2 €).

’t Sneukelhuisje, av. Astrid 3, 8620 Nieuport, +32 476 28 21 42

4/ Tea-room Georges (3 gaufres)

Le Tearoom Georges, rénové l’an passé, est réputé pour ses gaufres, ses crêpes et ses crèmes glacées. La nouvelle déco est contemporaine, un peu froide en raison des couleurs utilisées et des luminaires design façon spoutniks. Côté rue, un comptoir de glaces donne sur la cuisine ouverte qui s’étend sur toute la longueur de la salle à manger. Les cuisiniers et les serveurs sont jeunes et enthousiastes, prompts à blaguer. La carte affiche des petits déjeuners, des croques, des soupes, des club sandwichs, des croquettes, des omelettes, des salades, des pâtes, des pizzas, des beignets aux pommes, des crèmes glacées et des crêpes. La spécialité est la mezzaluna, une foccacia fermée. Le répertoire de gaufres compte une quinzaine de variétés : de la gaufre au sucre (3,50 €) à la gaufre Forêt Noire aux cerises et au Calvados (9,30 €), en passant par la gaufre Montreal avec fruits et chantilly (9,80 €). Notre gaufre est généreusement saupoudrée de sucre glace. Format : 19 x 12 cm, avec une quarantaine de carrés et une croûte légère et exquise. Mais l’intérieur n’était pas assez cuit. Nous avons bu un espresso Cook & Boon espresso mousseux mais un peu amer (2,40 €).

Tea-room Georges, rue Adolf Buyl 15, 8400 Ostende, +32 59 70 29 25, www.tearoomgeorges.be

5/ ‘t Koetshuis (5 gaufres)

Le tea-room ’t Koetshuis a trouvé place dans une très belle maison de bourgmestre, qui donne, côté jardin, sur une cour intérieure flanquée d’un charmant petit édifice romantique. On passe un moment enchanteur au ’t Koetshuis ! La décoration est très soignée et le service gentil et efficace. La carte des boissons aligne un beau choix de cafés spéciaux. Le matin, on peut commander un petit déjeuner complet. Pour les grandes faims, à midi, on a le choix entre des salades généreuses et des plats chauds : salade au camembert chaud et aux noix (15 €), filet de sole sauce tartare et salade (21 €)… ’t Koetshuis est aussi réputé pour ses crêpes et ses gaufres. La gaufre au sucre coûte 3,5 €, celle aux cerises 6,2 € et celle aux fruits et fraises 8 €. Notre gaufre saupoudrée de sucre glace mesure 16 x 10 cm et compte 15 carrés. Ultra légère et vraiment délicieuse, elle présente une légère croûte caramélisée en surface. Le chef du ’t Koetshuis ajoute un peu de sucre à la pâte et préchauffe son gaufrier. Dès que la pâte est versée dans le moule, on baisse la température. Le café Carantos est un régal servi avec un peu de crème, un morceau de cake et un petit chocolat (2,20 €).

’t Koetshuis, Molenstraat 19, Blankenberge, +32 50 41 47 24

6/ ’t Zandlopertje (2 gaufres)

Le pavillon est situé à cheval sur la plage et le boulevard. Installé une des tables du ’t Zandlopertje, on bénéficie d’une vue imprenable sur la plage et le large, avec le port de Zeebruges à main droite. La décoration est désuète, les chaises inconfortables et cela sent le brûleur à mazout, qui chauffe l’espace. La carte des boissons est pléthorique. Celle des plats et desserts reste classique (vol-au-vent et langue de bœuf sauce madère). Côté douceurs, on sert des glaces, des coupes, de la tarte aux pommes chaude et des crêpes, le tout fait maison. Beau choix de gaufres : avec glace et chocolat chaud (5,20 €), avec glace, chantilly et fruits (8,40 €). Une robuste femme vient prendre la commande. Notre gaufre au sucre ne coûte que 3,20 € et est servie en deux temps trois mouvements. Format : 18 x 11 cm, 24 carrés. La gaufre saupoudrée de sucre glace est peu croquante au dehors et un peu spongieuse dedans. Dommage. Saveur bonne, sans plus. La gaufre est servie sans accompagnement et le café Carantos, présenté dans une tasse démodée, avec un petit chocolat. Goût un peu âpre (prix : 2,10 €).

’t Zandlopertje, Digue de mer 13a, 8380 Zeebruges, +32 50 54 41 05

7/ Crème Karamel (3 gaufres)

Le tea-room Crème Karamel remplace le restaurant Roland. On vient y prendre le petit déjeuner, un lunch léger ou des club sandwichs. L’après-midi, on craque pour une pâtisserie, des crêpes ou des gaufres. La décoration façon cottage est cosy et réussie. On prend place dans l’avancée côté rue ou à l’arrière. La cuisine est située au centre, derrière le comptoir chargé de biscuits et de petits pains. Les serveurs sont tout de rouge vêtus et la femme souriante qui nous sert affiche un roux flamboyant. Nous commandons une simple gaufre de Bruxelles au sucre (4 €). Elle arrive avec une confiture de figue, deux sortes de sucres et un peu de beurre. Format : 16 x 10 cm, 15 carrés. La pâte manque un peu de fragilité et le chef n’a pas été très généreux avec le sucre glace. Le «café de grand-mère» que nous avons commandé est couronné d’une belle mousse, servi bien chaud et très savoureux. Il est accompagné d’un mini-croissant (de qualité médiocre) et d’un peu de lait entier. Si vous prenez une gaufre avec glace, chantilly et fruits frais, l’addition se monte à 10,50 €. La gaufre de Bruxelles Crème Karamel est accompagnée de glace caramel, sauce caramel et chantilly (9 €), ce qui ne peut pas être mauvais !

Tea-room Crème Karamel, av. Lippens 110, 8300 Knokke-Heist, +32 50 62 33 18

8/ Silversand (4 gaufres)

Les affiches en façade de ce tea-room moderne annoncent «Super wafels». Ainsi alléché, l’amateur peut entrer sans risque de déception, car les gaufres de Silversand sont non seulement excellentes mais gigantesques. Avec leur taille généreuse de 24 sur 14 cm, elles alignent 35 carrés. Saupoudrée de sucre glace, la gaufre se révèle parfaitement cuite, légère, croquante au dehors et moelleuse au dedans, comme il se doit. Les propriétaires, monsieur et madame Breems-Versluys ont été les premiers, en 1991, à proposer des gaufres géantes. Leurs gaufriers sont réalisés sur mesure et entretenus plusieurs fois par saison par le producteur lui-même. En haute saison, les cuisines fabriquent de la pâte fraîche, additionnée de levure, plusieurs fois par jour, avec toujours un temps de repos. La super gaufre au sucre coûte 5,30 €, au beurre 6,10 €, à la chantilly 6,40 €. Avec des cerises et de la chantilly, il vous en coûtera 9,80 €. La plus chère est la gaufre aux myrtilles fraîches et à la chantilly (11,80 €). Nous avons bu un café Carantos très correct (2,70 €). Jolie vue sur la large depuis le tea-room et la terrasse.

Tea-room Silversand, Digue de mer 90-91, 8370 Blankenberge, +32 50 41 46 50, www.silversand.be

Source :: Weekend Le Vif – par Pieter Van Doveren

Le Berlin insolite et branché

Voici quelques suggestions pour sortir des sentiers battus dans la vibrante métropole allemande.

Histoires de mur

20140917-150052-gRien de tel qu’une balade en vélo, avec guide, pour découvrir l’essence d’une ville. À Berlin, la question du mur et de sa chute est un incontournable, même 25 ans après l’événement qui a changé la face de l’Allemagne.

On file d’abord vers le nord de Mitte, quartier central, avec arrêt au Mauer Park, où le mur qui séparait Berlin en deux grimpe à dos de colline. Il est quasi intact… et couvert de graffitis. Premier contact avec l’art de rue pour lequel Berlin est renommé. En contrebas, le parc s’anime le week-end avec un marché et des musiciens. Après un détour dans quelques rues typiques de Berlin Est et Ouest, on rejoindra, plus au sud, Bernauer Strasse et son parc commémoratif de la chute du mur. Il est simplement délimité par une longue série de poteaux d’acier, une jolie chapelle, un mémorial et une tour d’observation donnant vue plongeante sur le seul site conservé du temps de la séparation de la ville, avec deux murs, une tour de guet et un «no man’s land» au milieu. Impressionnant.

www.berlinonbike.de & www.mauer.visitBerlin.de

Passages obligés

20140917-150052-aDe jolis passages ont été aménagés entre certaines rues pour donner accès à des bâtiments construits entre les deux. Ces cours intérieures abritent souvent boutiques ou cafés tranquilles et sympathiques au pied d’édifices à logements.
Les plus intéressants sont les Hackesche Höfe, un ensemble de huit arrière-cours du quartier Mitte. Celle donnant sur Rosenthaler Strasse, bordée par des bâtiments squattés dans les années 1990, est un royaume de l’art de rue, perpétuant la tradition du graffiti, plus ou moins artistique, sur tous ses murs. Certains artistes sont des vedettes berlinoises comme El Bocho ou Little Lutzi, dont les œuvres sont rarement recouvertes. Le passage abrite l’un des plus vieux cafés berlinois, le Café Cinéma, tandis que le petit Sophie-Gips-Höfe a son Barcomi’s Deli, un salon de thé réputé pour son gâteau au fromage. Et dans Heckmannhöfe, la fabrique de bonbons Bonbonmacherei fait preuve de discrétion, mais les initiés la connaissent bien, notamment pour ses bonbons verts à l’aspérule odorante.

www.hackesche-hoefe.com, www.barcomis.de et www.bonbonmacherei.de

Usines brassicoles

20140917-150052-dLa brasserie Schultheiss est l’une des immenses usines désaffectées, en plusieurs bâtiments de briques, qui font partie du décor urbain de Berlin. Celle-ci – rebaptisée KulturBrauerei – a une nouvelle vocation au service de la culture: théâtres, ateliers d’artistes, spectacles, restaurants (www.kulturbrauerei.de).
Celle de Bötzow est loin d’être aussi rénovée, mais elle fait l’objet d’un projet passionnant de réhabilitation (avec entre autres un hôtel-boutique, un spa, une nouvelle brasserie) qui sera complété en 2019. Pour l’heure s’y trouvent une galerie d’art et un restaurant vraiment originaux. Il faut chercher un peu la porte menant à la galerie, au fond d’un sombre couloir portant les stigmates de l’ancienne vocation de lieux. La lumière au bout du tunnel est une galerie d’art qu’on visite avant de monter à l’étage via un vieil escalier de fer. La Soupe populaire a investi les lieux sans les trahir, conservant structure d’acier, de bois et de béton de l’usine à son état «naturel». Autre curiosité: le menu varie en fonction des expositions. Concoctés par Tim Raue, un chef berlinois à la mode, les plats de fine cuisine sont servis dans des bols.

www.boetzowberlin.de & www.lasoupepopulaire.de

Source :: canoe.ca, Anne Pélouas